Vous cherchez quelque chose ?

Top 6 des expériences à vivre en Iran

Auteur :

Au printemps dernier, Maryline, notre responsable Asie est partie en repérage en Iran, une destination aux multiples visages qui s’ouvre progressivement au tourisme. Voici ses 6 expériences à vivre…

L’Iran est pour moi une destination à part, un pays qui m’a profondément séduite et pour lequel j’ai eu un VRAI gros coup de cœur. Coup de cœur pour le pays, ses sites sublimes comme pour ses habitants !

Dans cet article, j’ai choisi de vous présenter 6 expériences à vivre, mais le choix n’a pas été aisé…

 

1/ Plonger au cœur des dédales du Bazar Vakil à Shiraz

Ce bazar est vraiment très local, la partie touristique est réduite voire inexistante, pour notre plus grand plaisir. Il est une sorte de mélange des souks d’Alep et du Caire. Ici on plonge vraiment en Orient et on observe de nombreux contrastes comme par exemple certaines femmes vêtues entièrement de noir et des étales de tissus aux couleurs vives et chatoyantes. Comme tout bazar digne de ce nom, celui de Vakil est organisé par univers : tissus, cuir, épices, tapis, sous-vêtements, foulards, bijoux, etc. On trouve aussi de part et d’autres de petites échoppes proposant de succulents jus et différentes glaces dont le paludeh, glace à l’eau de rose dont les iraniens raffolent. Ces derniers s’installent sur les chaises en plastique alignées afin de la déguster et le lieu ne désemplit pas ! C’est surtout en fin d’après midi que l’activité bât son plein dans le bazar et on s’y promène, même seule, en toute tranquillité.

 

Bazar de Vakil - Shiraz - Province du Fars - Iran

Bazar de Vakil

 

2/ Assister à un entrainement de Varzesh-e Pahlavani à Yazd

Yazd a de nombreux atouts mais c’est l’entrainement de Varzesh-e Pahlavani dans une maison de force qui m’a le plus intriguée et surprise. Ce sport est très physique puisque les iraniens (de 7 à 77 ans, très musclés pour la plupart) soulèvent des masses et font jongler des chaines. Le Varzesh-e Pahlavani possède une dimension spirituelle importante puisque l’entrainement se fait sur fond de chants (et de tambours) inspirés de la religion. On assiste à des mouvements de tourbillons assez proches des danses des derviches.  Chaque séance, qui dure un peu moins d’une heure, est vraiment hypnotique et magique : on aurait envie que cela dure plus longtemps !

Il est possible d’assister à des entraînements dans d’autres villes mais je vous conseille ceux de Yazd qui sont vraiment exceptionnels.

 

Entrainement de Varzesh-e Pahlavani dans une Zurkhaneh à Yazd - Iran

Entrainement de Varzesh-e Pahlavani dans une Zurkhaneh à Yazd

 

 

3/ Aller à la rencontre des iraniens et pique-niquer sur la grande place d’Ispahan

Les iraniens ont un vrai sens de la convivialité et du partage : ils piquent-nique tout le temps et un peu partout. L’endroit le plus impressionnant est la place Naqsh Jahan, l’une des plus grandes au Monde : elle est noire de monde à partir du coucher du soleil et jusque très tard le soir (les iraniens arrivent encore à 22h, tapis et provisions sous le bras). On est loin du petit pique nique avec quelques boites Tupperware ! On sort les petits réchauds, les poêles et on fait frire les légumes. Les théières sont aussi de la partie ainsi que le gas, le nougat d’Ispahan à l’eau de rose si délicieux. Si vous passez par là vous êtes bien évidemment convié à tester une spécialité et à vous asseoir pour prendre un thé. Avec en fond le Palais Ali Qapu et le bassin avec ses jolis jets illuminés c’est assez féerique. Une belle tranche de vie à l’iranienne comme je les aime !

 

Place Naghsh-e Jahan - Ispahan - Province d'Ispahan - Iran

Place Naghsh-e Jahan – Ispahan

 

4/ Prendre le métro dans le wagon femmes à Téhéran

Qu’on se le dise, l’Iran c’est moderne et Téhéran en est l’exemple : son métro fait presque de l’ombre à notre métro parisien ! Si on est une femme prendre le métro dans le wagon femmes (les autres cabines sont mixtes), c’est aussi toute une expérience. Ce wagon situé en tête de train (et indiqué tant sur le quai que sur le wagon) regorge d’activités. En effet, à l’intérieur le commerce bât son plein : on assiste au ballet de nombreuses  iraniennes qui vendent des sous vêtements sexy et colorés, des bijoux, du maquillage, etc.  Ambiance joyeuse et légère au rendez-vous. !

Au-delà de l’expérience d’un trajet en wagon femmes, prendre le métro à Téhéran est aussi souvent une bonne solution pour se déplacer puisque au-delà de sa modernité et de son tarif attractif (un trajet coute 7000IR) il est très pratique pour éviter la circulation infernale et les embouteillages monstres de Téhéran.

 

Dans le métro à Téhéran

Dans le métro à Téhéran

 

5/ Prendre le train de nuit de Téhéran à Tabriz 

Les iraniens sont cultivés, curieux et avides d’échanges et prendre le train de nuit est une belle occasion d’aller à leur rencontre. Le Téhéran / Tabriz de 13h est parfait pour cela !  Quand on est une femme seule en voyage, on s’installe dans un wagon couchette avec trois autres femmes (les couples voyagent entre couples). À peine arrivées dans la cabine, les femmes font tomber leur foulard, sortent fruits, pâtisseries et autres délicieux mets maison et s’installent pour bavarder…  On peut aussi faire une petite pause au wagon restaurant à la décoration plutôt kitsh : petites nappes et rideaux colorés ! On peut y prendre un verre ou commander un plat local qu’il est possible de déguster sur place ou de se faire livrer dans son wagon pour continuer à partager ce moment avec ses compagnes de voyage. Les employés du train passent dans la soirée pour distribuer des petits goûters (biscuits, jus de fruit, eau) ainsi qu’un sac avec draps et oreiller. Le roulis du train nous berce mais il est vrai qu’on somnole plus qu’on dort. A l’arrivée, on peut profiter d’un beau lever de soleil sur les paysages vallonnés de la région de Tabriz…

 

Dans un train de nuit - Iran

Dans un train de nuit – Iran

 

6/ Dormir chez l’habitant dans une maison troglodyte

Si l’on peut dormir chez l’habitant dans certains villages du désert, j’ai choisi pour ma part cet hébergement à Kandovan, un petit village classé au patrimoine de l’Unesco qui vit au rythme des saisons. À partir de fin novembre il neige pendant 6 mois,  de ce fait, les habitants se replient dans leurs maisons troglodytes et préparent des produits artisanaux kilims. Le reste de l’année, ils transforment leurs intérieurs en magasin et vendent leurs articles. J’ai posé mes valises chez la famille Sadri qui m’a ouvert les portes d’une de ses maisons, attenante à la sienne. On y prépare le dîner avec son épouse et on partage ensuite ce repas avec eux, un moment simple et très convivial. Quand l’heure de se coucher arrive, on déplie son matelas sur les tapis pour la nuit. Ici ce n’est pas le confort qui prime mais la tradition et le fait de vivre une expérience pas comme les autres.  Au réveil, depuis le pas de la porte, à nous la vue imprenable sur le village et les montagnes avant d’aller se promener dans les environs !

 

maison troglodyte

Mr Sadri devant sa maison troglodyte

 

De belles expériences en immersion qui m’ont permis de me plonger dans le pays, de partager de bons moments avec ses habitants et d’avoir envie d’y retourner très vite !

Si vous aussi vous souhaitez découvrir l’Iran, rendez-vous sur notre site internet.

Photos : © Maryline Goustiaux

Laisser un commentaire

Edito

Spécialiste du voyage sur mesure, Comptoir des Voyages a désormais son blog… sur mesure.

Apprenez à mieux nous connaître en lisant les interviews de nos conseillers et toutes les actualités de notre marque.

Vivez le voyage tel que vous l'aimez et tel que nous le concevons chaque jour.

Toute l’équipe de Comptoir des Voyages

Abonnez-vous !

Abonnez-vous à la newsletter de Comptoir des Voyages : recevez chaque semaine nos coups de cœur et suggestions de voyages !

Je m'abonne !