Vous cherchez quelque chose ?

Le PRO à roulettes du PAF

Auteur :
blog Comptoir – interview de Jacques Dejeandile

De bon matin, le chroniqueur de France 2 Jacques Dejeandile nous emmène en voyage aux quatre coins de la planète. D’un coup de roulettes, il donne envie à tous ceux qui le regardent, personnes handicapées comme valides, de le suivre dans chacun des pays qu’il visite.

Comment expliques-tu le succès de tes chroniques ?

J’étais passionné de voyages avant mon accident de la route survenu en 1979 alors que je n’avais que 18 ans. Je m’imaginais que plus rien n’était possible. Ma petite amie d’alors a réussi à me convaincre que nous pouvions aller aux États-Unis. Un peu fauchés et jeunes étudiants nous dormions dans des motels comme en voit dans « Colombo », mangions dans des fast-foods matin et soir, tout notre budget ayant été absorbé par la voiture de location (équipée pour la conduite au volant).

Ce voyage a été un véritable tremplin pour moi. Il m’a redonné le goût de vivre et des voyages. Il m’a montré que tout était possible et je me suis promis d’essayer de partager cet enthousiasme. Je crois que c’est ce qui transparaît à l’écran aujourd’hui. Parfois des téléspectateurs m’arrêtent dans la rue pour me dire « vous nous faites rêver, continuez ». Faire rêver alors que je suis handicapé et en fauteuil roulant… c’est formidable non !

Tu fais ce métier depuis plus de 20 ans. Quel était le visage du tourisme accessible à cette époque ?

Au départ, j’ai proposé une chronique sur tout ce qui se faisait de positif en matière de handicap. Monique Cara, la productrice de Matin-Bonheur, sur Antenne 2 a été emballée par l’idée. C’était en 1990 !  Puis William Leymergie m’a proposé une chronique dans C’est au programme avec Sophie Davant et depuis 10 ans dans Télématin.

À l’origine, je ne tournais qu’en France. J’ai eu le bonheur de traîner mes roues dans tous les coins de notre beau pays. Nous avons montré que le Louvre était accessible en fauteuil roulant mais offrait également des œuvres « à toucher » pour les aveugles, qu’un catamaran permettait de faire des mini-croisières dans le sud, qu’on pouvait faire du parachute dans le centre ou se jeter d’un pont à l’élastique en Normandie….

D’après toi le tourisme accessible contribue-t-il à la citoyenneté des personnes handicapées ?

C’est tout à fait ça. J’ai accompagné le mouvement des Zanzans (les Zandicapés, parce qu’il y a un h aspiré) pour le droit à l’école et à l’enseignement supérieur. J’ai fait des reportages sur la volonté de certains de s’insérer professionnellement, leur désir de vivre comme tout le monde… Aujourd’hui beaucoup ont fait des études, travaillent, payent leurs impôts, ont même des enfants et veulent voyager, au même titre que leurs collègues de bureau. Même avec des petits moyens on peut aller à la découverte du monde, des autres. Il y a des destinations à 90 minutes d’avion de la France qui dépaysent complètement et qui enrichissent merveilleusement.

Avec qui et comment travailles-tu pour préparer ton voyage ? Est-ce facile ?

C’est facile, car j’ai la chance de travailler avec une équipe formidable. Guillaume Juhérian, le réalisateur, et Léo, le cameraman, sont devenus des amis. Nous travaillons ensemble depuis plus de quinze ans. On se connaît bien. Ils connaissent mes limites et je sais de quoi ils ont besoin pour que les reportages soient représentatifs. Nous travaillons beaucoup en amont, avant le départ.

Pour nous, il n’y a pas de destinations inaccessibles. Il y a toujours des solutions. Ma seule exigence : que ma chambre d’hôtel soit parfaitement adaptée. Et même là, on a parfois des surprises… alors, on trouve des briques à mettre sous les pieds du lit pour qu’il soit à bonne hauteur ou des grands sacs poubelles pour protéger le fauteuil Louis XV de la chambre, réquisitionné comme siège de douche….

blog-ca-roule-telematin

Toujours sur l’accessibilité : ton plus beau souvenir de reportage ?

Difficile car j’ai de beaux souvenirs sur presque tous mes reportages. Mais quand on en parle avec Léo et Guillaume, on a un petit faible pour la croisière sur le Nil sur le Steam Ship Sudan. Tous les sites égyptiens ne sont pas accessibles, mais quelle beauté, quel accueil chaleureux !  L’inoubliable gentillesse de l’équipage, qui, à chaque escale, aide, porte pour vous permettre de visiter des lieux que vous n’imaginiez jamais voir « en vrai ». Ça n’a pas de prix !

Une rencontre incroyable ?

Un vieux monsieur à Séoul qui ne parlait pas un mot de français mais adorait notre pays parce que nous l’avions libéré des Japonais lors de la Seconde Guerre mondiale. Il regardait Télématin tous les jours sur TV5 et m’a reconnu sur un petit marché où nous tournions. Je ne sais pas lequel des deux était le plus étonné de cette rencontre improbable.

blog-ca-roule-telematin

Isabelle, notre partenaire pour les voyages accessibles à Stockholm

Auteur :

Isabelle est Franco-suédoise et installée à Stockholm depuis de nombreuses années. En collaboration avec Marie-Odile, elle a conçu le séjour « Stockholm en roue libre ». Dans un pays où prévaut l’égalité sociale, la politique du handicap qui vise à donner aux personnes handicapées le pouvoir et les moyens de gérer leur vie quotidienne, concerne chacun et touche le domaine du voyage.

Isabelle, d’où connais-tu Marie-Odile ?

C’était au moment de la mise en œuvre d’un ambitieux programme lié à l’accessibilité en Suède. Je cherchais à développer le voyage accessible en Suède, en particulier dans l’archipel de Stockholm.

Aujourd’hui, l’archipel de Stockholm est accessible à tous. La majorité des bateaux-bus pour rejoindre les îles de l’archipel sont adaptés. Ils sont en effet équipés d’une passerelle large et stable. Les plus récents ont même un ascenseur reliant les ponts entre eux. L’équipage quant à lui est toujours disponible pour prêter main forte en cas de besoin. Sur de nombreuses îles les bâtiments publics, toilettes et restaurants peuvent accueillir tout le monde et nous avons répertoriés de nombreux sentiers roulants.

En partant de cette connaissance, j’ai cherché des contacts en France avec qui concevoir un séjour à Stockholm et organiser une excursion dans les îles. Mes recherches m’ont menée vers Marie-Odile qui s’est tout de suite intéressée à mon projet.

Comment développes-tu les voyages accessibles ?

Je vérifie que tous les lieux accessibles le sont bien en pratique. Par exemple, des informations sur l’accessibilité des transports publics sont disponibles à bord des bus de Stockholm, mais en anglais uniquement. Je vais donc les traduire pour les voyageurs francophones.

Les guides avec lesquelles je travaille sont sensibilisées à la problématique de l’accessibilité. L’une d’entre elle a même conçu une visite de Stockholm 100% accessible. Je sais que je peux compter sur ces guides sans aucun problème.

 

La vieille ville de Stockholm, aux rues étroites et maisons pittoresques

La vieille ville de Stockholm, aux rues étroites et maisons pittoresques © Tallink Silja 2007

On dit souvent de Stockholm qu’elle est la capitale de l’accessibilité…

C’est vrai. En Suède, chacun doit pouvoir participer à la vie sociale dans les mêmes conditions que les autres. À Stockholm cela se traduit par de nombreux aménagements publics pour faciliter les déplacements dans la capitale. Par exemple, les passages piétons et les caniveaux ont été aménagés, les trottoirs surélevés aux arrêts d’autobus, etc.  Les bâtiments administratifs, les bibliothèques, les installations sportives ont été aussi rendues accessibles à tous. Cela ne concerne pas seulement les personnes en fauteuil roulant, mais toute personne pouvant rencontrer un problème quelconque d’accessibilité : personne âgée marchant difficilement, poussette…

Dans le privé, on relève des initiatives allant dans le même sens. De nombreux hôtels et restaurants sont aussi accessibles. Enfin, l’accessibilité est aussi l’affaire de tous les Suédois. N’hésitez pas à demander de l’aide, on y répondra volontiers.

La Laponie suédoise peut-elle aussi être une destination pour les voyageurs handicapés ?

 

blog-suede-laponie-chien-traineau

© Lapland Event

Oui, si ces voyageurs ont envie d’un séjour plus nature que culture, ils peuvent voyager en Laponie suédoise. Je travaille notamment avec un centre au nord du cercle polaire où pratiquer toutes les activités nordiques possibles. Les propriétaires réfléchissent dans un esprit 100 % accessibilité. Il faut quand même savoir que la consistance de la neige change avec les conditions météo. Cela peut donc être plus ou moins facile de rouler…

Plus au sud et au nord de Stockholm nous vous invitons à d’autres découvertes nature… Le logement se fait dans des chalets avec vue sur le lac. Grâce à une rampe, on accède à la plage, longue d’un kilomètre. D’ici on embarque pour une balade en bateau. Un trottoir a également été prévu pour pêcher. Et à 40km de là dans une très belle forêt arctique, qui n’a jamais été exploitée, un camp de pêche accessible a été construit pour vivre une expérience très nature. On dort dans un grand chalet dortoir rustique, les WC sont secs, on mange autour du feu et partout on roule. Un trottoir de 800 m permet de se balader au cœur de la forêt. A bord de petits véhicules électriques, on peut partir observer les élans le soir tombé.

Je guette et j’espère bien sur allonger cette liste de structures et d’activités qui offrent la découverte de la Suède, de sa culture et sa nature, à tous !

« Pouvoirs de femmes » dans notre agence à Marseille

Auteur :
Exposition - Pouvoirs de femmes - Marseille - Comptoir des Voyages

Jusqu’au 8 novembre prochain, nous avons confié les murs de notre agence marseillaise à Jean-François Hérelle, l’un de nos fidèles clients, afin qu’il fasse voyager nos visiteurs avec ses photographies et dessins réalisés à Cuba ou encore au Vietnam. À travers ses créations, il aspire à arrêter le temps et à se souvenir des instants vécus avec intensité.
Rencontre… Lire la suite

Top 5 des lieux à visiter à Vienne pour Halloween

Auteur :

À Vienne, c’est un peu Halloween toute l’année. Les Viennois ont en effet un rapport à la mort particulier, et l’humour qu’ils usent à ce sujet est l’un des traits qui revient souvent dans les clichés sur les habitants de la capitale autrichienne. La ville regorge de lieux étonnants où la mort est omniprésente : cimetières, musées, catacombes… Ne froncez pas le nez et gardez l’esprit ouvert, vous ne manquerez pas de découvrir un pan important de la culture viennoise ! Marie, notre greeter à Vienne, vous invite à découvrir cinq de ces lieux. Lire la suite

Edito

Spécialiste du voyage sur mesure, Comptoir des Voyages a désormais son blog… sur mesure.

Apprenez à mieux nous connaître en lisant les interviews de nos conseillers et toutes les actualités de notre marque.

Vivez le voyage tel que vous l'aimez et tel que nous le concevons chaque jour.

Toute l’équipe de Comptoir des Voyages

Abonnez-vous !

Abonnez-vous à la newsletter de Comptoir des Voyages : recevez chaque semaine nos coups de cœur et suggestions de voyages !

Je m'abonne !